Témoignage A. Millet, chef de mission

De : André Millet <millet.andre@libertysurf.fr>
Date : 23 février 2012 15:47:55 HNEC
À : « Hascoet Pierre » <pierrehascoet@neuf.fr>
Objet : 1958
Bonjour Pierre ,
J’ai pris bonne note de ton message et c’est avec grand plaisir que j’y  retrouve  ton site .
Encore  BRAVO pour sa réalisation . Tu réveilles beaucoup de souvenirs et une jeunesse trop vite passée
Malheureusement, la plupart  des acteurs  n’auront pas comme moi le bonheur de le découvrir .
Je souhaite que cet excellent  Mémoire  vienne compléter les archives du Cercle ;
Le séjour à Oubari n’a duré que 5 mois et , dans le détail , ma mémoire s’estompe   . C’était en effet le début
de  » l’héliportée  » et cette expérience a largement contribué à la réussite de la mission suivante en 1959/60
dans l’erg oriental algérien . C’était pour la Shell, nous avions 4 Bell   ,  C’était un peu du   » trompe la mort « 
avec du raz motte  au lever du soleil    Un peu de casse   : un hélico , un gravi ,  mais miraculeusement
pas de pros .
Des anecdotes !  rien d’intéressant .
L’air surchauffé de juin qui ne portait plus l’hélico des 8 heures du matin .
Le passage d’une compagnie militaire  libyenne , copine du FLN , qui s’était servie dans notre réserve
des pièces de dépannage de nos véhicules.  L’officier me disant   » pour le paiement  vous vous
adressez   à nos chefs de Tripoli  .
Je me souviens surtout d’une pneumonie virale , avec détournement  du DC3 Silvercity  pour m’évacuer
sur Tripoli . .Nous avions installé  un climatiseur  1ère génération  ,  refroidissement par évaporation
d’un tissu imbibé d’eau  . On passait des 40° extér.  à une soufflerie qui véhiculait un tas  de saleté ,
ce qui m’a été fatal .
Et encore ..;   les parties nocturnes de pocker  , où les   » petits  » se faisaient plumer par  le  « professionnel « 
Un matin , en ma présence , Blanchet sort  ( comme par hasard ) de sa poche une reconnaissance
de dettes de M. Berthuin , et tout en me regardant et sans rien dire , déchire le papier . Manifestement
il n’avait pas la conscience tranquille . J’ai l’impression que Berthuin  attachait très peu d’importance à
l’argent .
Bonne continuation  et toutes mes amitiés .